Le bois et l’humidité : une mauvaise combinaison

Technologie de condensation : quel conduit de cheminée vous convient le mieux ?
novembre 5, 2020
Astuces pour protéger son appartement contre des bruits extérieurs
novembre 5, 2020

Tâches, moisissures, décollements des papiers peints et écaillements des peintures sont les signes d’une maison ou d’un appartement victime de l’humidité. Un problème sérieux non seulement pour la pérennité du bien immobilier mais aussi pour le bien-être et la santé de ses occupants. Le spécialiste de l’humidité aperçoit souvent des clients qui sont désespérés à cause de l’humidité dans leur maison. Et l’une des frustrations les plus courantes chez beaucoup d’entre eux est le bois. Les meubles de la maison, le parquet, les plinthes et les menuiseries ne résistent pas à l’humidité. Cette dernière est l’ennemi naturel du bois. Dans cet article, découvrez ce que sont les caractéristiques du bois, le bois de chauffage et les symptômes de changement causé par l’humidité.  

Quels sont les caractéristiques du bois ?

Le bois est un matériau très courant dans la construction. Chacun dans la maison a de multiples éléments. Normalement, les portes et les plates-formes sont en bois. Et avec les portes, aussi les jambages. Et avec les planchers, également les plinthes. Et puis il y a le mobilier. Bref, beaucoup d’éléments qui peuvent être endommagés par l’humidité. Il existe de nombreux types de bois, fondamentalement différenciés par l’arbre dont ils proviennent, puisque c’est lui qui leur confère des qualités esthétiques très spécifiques, et en fin de compte, c’est la beauté de la bûche qui fait normalement le choisir. En tout cas, les bûches ont une série de composants en commun parmi lesquels deux sont mentionnés, la cellulose, car elle est la principale responsable de l’absorption d’eau, et la lignine, qui repousse l’humidité.

Le bois et l’humidité

Il existe différents types d’humidité et il y a également des diverses solutions. Dans le cas du bois, c’est exactement la même chose qui se produit. Les meubles et le parquet peuvent absorber l’humidité de différentes sources, il faudra donc trouver des solutions adaptées à chaque cas, après avoir découvert l’originalité de cette humidité. Le fait qu’un meuble ait de l’humidité ne signifie pas que la solution sera la même que pour un autre meuble qui a également eu de l’humidité. Dans chaque cas, il sera nécessaire de savoir d’où vient l’humidité et de mettre un remède correspondant. La première indication d’humidité dans ces cas est l’apparition, à première vue, des morceaux de bois qui sont touchés. Il y a différentes manifestations : le bois peut s’assombrir, il peut se courber, il peut acquérir des peluches… chacun de ces symptômes nous est indiqué d’une manière différente.

Le bois et le chauffage

Le chauffage au bois sous forme de bûches connaît toujours un certain succès, notamment en habitat individuel grâce à sa disponibilité et sa proximité. Il demeure le moyen de chauffage le plus économique surtout pour ceux qui utilisent leur propre combustible. Il peut être utilisé comme mode de chauffage principal, mais aussi en relève d’une chaudière existante assurant à l’utilisateur une meilleure indépendance et une autonomie quant au choix du combustible. Pour brûler correctement la bûche doit être sèche. Un bois vert contient plus de la moitié de son poids en eau. Une bûche en équilibre avec l’air ambiant – équilibre obtenu au bout de plus de deux ans pour des bûches non fendues, a un taux d’humidité de l’ordre de 20%, ce qui est acceptable pour une chaudière à bûches. La combustion de bûche humide est fortement déconseillée. La combustion est incomplète et libère des substances polluantes. A volume égal, un bois humide fournit environ deux fois moins d’énergie qu’un bois sec. Enfin, une bûche humide ne permet pas à un appareil performant d’atteindre sa puissance nominale. Elle va s’encrasser plus vite et risque de se détériorer. Idéalement, la bûche n’excède pas 20% d’humidité.

Les 3 principaux symptômes

Pour une bûche qui change de tonalité, c’est très probablement dû à un contact direct avec l’eau extérieure. Soit par filtration depuis l’extérieur, soit par remontée de l’humidité du sol par capillarité, lorsque le bois absorbe l’humidité, il a tendance à noircir. S’il s’agit d’un élément d’une menuiserie et qu’en plus de l’assombrissement, il dégoutte de l’eau, on peut s’aventurer à l’origine du problème. Un autre symptôme important est son changement de volume. Lorsque l’humidité augmente, la bûche gonfle, et de la même façon lorsque l’humidité diminue en raison de l’évaporation, le bois a tendance à se rétracter vers son état initial.

Un cas très typique est celui de la plinthe courbe. Lorsqu’un mur souffre d’humidité par capillarité, l’un des premiers éléments à souffrir de l’humidité est la plinthe, car elle se trouve au niveau du sol. Comme cette plinthe est généralement fixée au mur, soit par des pointes, soit par de la colle, l’augmentation de l’humidité a tendance à la faire gonfler uniquement à l’endroit où cette humidité est accumulée. La conséquence est que cette zone gonflée tire sur la plinthe, qui reste attachée aux points restants, produisant une contrainte de flexion sur la plinthe qui finit par la faire plier, c’est-à-dire se courber. Et si cela se produit dans la plinthe, le parquet subit la même chose, et même pire. 

Enfin, le problème des pièces humides, est également très typique pour les meubles en cuir, ainsi que pour les meubles en bois. Dans ce cas, la cause probable de l’endommagement des meubles est la condensation, c’est-à-dire l’humidité de l’air. Il faut comprendre que l’humidité provient de l’intérieur de la maison et de ses conditions, ce n’est pas une filtration de l’extérieur ou de l’eau physique venant de l’extérieur. Ce duvet est en fait une petite colonie de champignons, qui s’est formée suite à la condensation de l’humidité de l’air, et qui, dans des conditions de chaleur et de mauvaise ventilation, a tendance à se reproduire. L’effet de l’humidité sur la bûche dépend de nombreux facteurs différents. De la typologie de la pièce, des propriétés de chaque bois, du climat et des agents extérieurs auxquels il est soumis, au processus d’installation lui-même qui, en cas de défaut, augmente considérablement les chances que la pièce devienne humide.

Une bûche change rapidement d’aspect et à première vue dès son humidité. Chaque humidité a une origine spécifique, et c’est à partir de cela que l’humidité peut être traitée. Il ne faut pas faire une erreur de diagnostic, sinon les remèdes seront inutiles et cela fera perdre de l’argent et de la patience.