Chaudière à gaz : les erreurs à éviter lors de l’installation

piscine devient verte
Que faire quand l’eau de la piscine devient verte ?
mars 18, 2021
Chaudière
Chaudières : quelles sont les pannes les plus fréquentes ?
mars 19, 2021
Chaudière

Vous avez décidé de changer de système de chauffage et d’opter pour une chaudière à gaz ? Ce type de chauffage est en effet très économique et vous garantit sécurité et confort. Mais pour cela, il est important de respecter les normes en matière d’installation de chauffage afin d’éviter toute mauvaise situation. Quelles sont les erreurs que vous devez absolument éviter de faire en installant votre chaudière ?

Ne pas bien dimensionner votre chaudière à gaz

Lorsque vous faites appel à un artisan chauffagiste pour l’installation d’une chaudière, il est important de veiller à un bon dimensionnement de l’installation. Si après une longue période d’utilisation, vous avez décidé de changer de chaudière pour une solution de chauffage plus adaptée, vous ne devez pas perdre de vue que les équipements évoluent. Les conditions dans lesquelles vous avez installé votre vieille chaudière ne sont peut-être plus les mêmes aujourd’hui. Il faut remarquer que les anciennes solutions de chauffage étaient souvent mal dimensionnées. Les vieilles chaudières se montraient donc trop puissantes par rapport aux besoins des ménages. De plus, si vous procédez à des travaux de rénovation, l’espace à chauffer s’est sans doute agrandi ou peut-être réduit. Le nombre de personnes dans la maison a aussi sans doute changé. Vous devez donc tenir compte de tous ces paramètres afin de choisir en conséquence votre solution de chauffage

L’isolation reste aussi un facteur déterminant dans l’évaluation de la puissance nécessaire au système de chauffage à gaz. Si entre-temps vous avez effectué des travaux d’isolation, il faut en tenir compte. Plus votre habitation est convenablement isolée, plus la puissance nécessaire sera moindre. De façon générale, une maison dont l’isolation thermique est optimale aura besoin d’une puissance comprise entre 20 et 25 kW. Vous pouvez aussi vous faire aider d’un professionnel pour l’estimation de vos besoins en chauffage. Il ne faut donc pas opter systématiquement pour un chauffage au gaz de même puissance que celui que vous changez. Lorsque cette dernière n’est pas suffisante, le chauffage sera inefficace. Dans le cas d’une surpuissance, vous serez perdant. Le chauffage vous reviendra trop cher.

Laisser votre conduite d’évacuation de fumées en l’état

L’usage du système de gaz à condensation pour le chauffage a connu un réel essor. Cela est dû aux nombreux avantages que présente ce type de chauffage. On note surtout une récupération de la chaleur de la vapeur d’eau issue de la combustion du gaz avant l’évacuation du gaz. Cette chaleur supplémentaire retourne dans le circuit. Cette technologie affiche des performances énergétiques remarquables avec une consommation réduite. Cependant, elle présente quelques inconvénients. Le principal problème concerne l’évacuation des fumées. Puisque la chaleur est récupérée, la fumée est évacuée à très basse température. Alors que les chauffages classiques fonctionnaient à une température d’environ 80 °C, celui à gaz à condensation tourne à 50 °C environ. De plus, la fumée présente une certaine acidité.

Toutes ces nouvelles conditions rendent caduques les anciennes conduites d’évacuation. Le risque de voir la fumée se condenser dans la cheminée est plus élevé, surtout si le local ne bénéficie pas d’une bonne ventilation. Il faut donc prévoir une élimination par ventouse ou une cheminée tubée. Dans le cas contraire, vous ferez face à des problèmes d’humidité et bien d’autres. Si vous n’avez pas de connaissances dans le domaine, faites inspecter votre conduite d’évacuation par un artisan chauffagiste avant l’installation. Il vous fera des propositions pour l’adapter aux exigences en matière de chaudières à gaz.

Prévoir une trop grande distance entre le robinet et le chauffe eau

Vous l’avez déjà sans doute expérimenté, les robinets ne délivrent pas spontanément de l’eau chaude. Il faut généralement attendre un certain temps avant de pouvoir bénéficier de l’eau chaude. L’eau froide qui s’écoule en premier est celle restée dans le tuyau lors de la précédente utilisation et qui s’est refroidie. Ainsi, le temps d’attente est proportionnel à la longueur du circuit entre le chauffe eau et le robinet. Pendant ce temps, l’eau qui s’écoule ne pourra pas vous servir puisque vous désirez sans doute de l’eau chaude. Elle est donc perdue et cela constitue un vrai gaspillage, surtout si la distance entre les deux dispositifs est supérieure à 10 m.

Il est important de réduire au minimum la distance entre le boiler et les robinets. Pour cela, vous pouvez opter pour une installation centralisée en plaçant le chauffe-eau au centre du réseau, alimentant ainsi chaque robinet de manière indépendante. Il s’agit d’une configuration qui est aussi très pratique et simple à installer si vous êtes un bricoleur. L’objectif est de ne pas dépasser une distance de dix mètres entre les robinets et le dispositif de fourniture d’eau chaude.