Les caractéristiques à considérer pour choisir sa clôture de chantier

Le mobilier de jardin occupe une place prépondérante tous les étés en extérieur. Quels critères faut-il privilégier pour choisir un ensemble harmonieux ?
Comment choisir son mobilier de jardin ?
juillet 18, 2019
centrale-domotique
Que savez-vous de la centrale domotique somfy ?
juillet 19, 2019
Vous ne savez rien des clôtures de chantier ? Voici un article détaillant les caractéristiques de cette barrière obligatoire sur un chantier.

En Europe, et notamment en France, l’installation des clôtures de chantier sur une voie publique est soumise à une règlementation. Cette dernière est le fruit d’une décision préfectoral qui récapitule les normes exigées en matière de sécurité au niveau des départements. En ce sens, lorsqu’un chantier est mis en place sur une place publique, qu’importe la durée des travaux, il est capital que la zone de construction soit circonscrite par une barrière de protection devant être à la fois solide et robuste pour empêcher toute intrusion et réduire les accidents.

L’importance d’une clôture de chantier

En ayant prédéfini les conditions qui régissent la sécurité au sein d’un chantier de construction, il est plus facile d’éviter les incursions non autorisées, notamment celles qui sont animées par des intentions malveillantes. Pour ce faire, l’élément important à installer avant le commencement des travaux (et qui constitue l’essentiel des installations à faire sur un chantier) est la clôture de chantier. Celle-ci est obligatoire durant toute la durée des travaux. La raison est que la règlementation sur les chantiers exige qu’une barrière mobile soit installée pour délimiter la zone de construction. Il s’agit de la mesure de base avant l’utilisation des autres dispositifs de protection.

La clôture de chantier apporte une protection optimale sur le chantier en définissant un périmètre bien défini. Ainsi, elle doit faire tout le pourtour de la zone de construction et être constituée de différents modèles de barrières avec ou sans panneaux. De cette manière, elle permet de faire le suivi des allées et venues pour pouvoir contrôler les personnes faisant partie du personnel et ceux qui sont uniquement en visite. Au-delà de ce rôle de protection de chantier, la clôture de chantier sécurise l’environnement autour du chantier, c’est-à-dire, les piétons ou les habitants aux alentours.

Il faut savoir qu’une zone de construction est une place où de nombreuses personnes circulent. Il peut s’agir des ouvriers, du chef de chantier, du gestionnaire du projet, des évaluateurs, des conducteurs d’engins, des fournisseurs, des visiteurs et des personnes privées en dehors du projet. En l’absence de clôture de chantier, il est presque impossible de suivre les va-et-vient entre le chantier et l’extérieur. Autrement dit, l’installation de ce type de barrière nécessite la pose d’un portail par lequel il est facile de contrôler les entrées et sorties. Cela est également valable pour les engins et les matériaux.

Les panneaux des clôtures de chantier

Normalement, les clôtures de chantier se composent de panneaux et de socles. Pour qu’elles puissent empêcher toute intrusion non autorisée, ces panneaux doivent satisfaire trois conditions, à savoir une apparence solide, une bonne fermeté et une résistance au forcement. En général, un panneau doit résister aux intempéries ainsi qu’aux vents violents sans gêner la voie publique et la zone piétonne.

Pour être conformes à la règlementation, les panneaux de clôture de chantier doivent avoir une hauteur comprise entre 1 et 1,50 m et une longueur de 2,50 m maximum. Afin que l’écoulement des eaux provenant de la zone de construction soit fluide, il est important qu’ils soient légèrement surélevés de 12 cm à partir du sol. Ils doivent aussi avoir un aspect qui empêche toute personne extérieure du chantier de voir l’intérieur et qui dissuade en même temps pour signifier que l’entrée dans la zone de construction est entièrement règlementée.

Les panneaux doivent également avoir un cadre fait d’un seul bloc avec des cônes aux extrémités et une lisse horizontale ne dépassant pas 4 cm de haut pour recouvrir la partie supérieure. Les pieds peuvent être de forme carrée ou rond pour pouvoir les placer dans les socles.

Les socles des clôtures de chantier

Sur une barrière, les socles ont pour rôle d’immobiliser les panneaux afin que la clôture de chantier soit solidaire et stable. Il est aussi important qu’ils soient conformes aux normes pour ne pas affecter la réalisation des travaux. Dans la pratique, leur prise au sol ne doit pas dépasser 20 cm dans le cas de socles alignés et 10 cm s’il s’agit de socles isolés.

Sur les clôtures mobiles, il est nécessaire d’installer des socles également mobiles et faciles à déplacer à la main. Pour les clôtures fixes, les socles sont ancrés fermement dans le sol avec une épaisseur maximale de 2 cm. L’ancrage se fait généralement à l’aide de chevilles. La profondeur dans le sol ne doit pas aller au-delà de 13 cm sur la chaussée et 6 cm sur le trottoir. Pour accueillir les panneaux, ils sont normalement dotés de trous dans lesquels les pieds de la barrière sont insérés. En cas d’intempérie, ils doivent aussi avoir une bonne tenue.

Les variantes d’une clôture de chantier

« Clôture de chantier » est une appellation généralisée, mais il existe plusieurs variantes de cette barrière. Les plus courants sur les zones de construction sont la clôture en grillage, la clôture en métal, la clôture à cônes et lisses, et la clôture en bois.

La clôture en grillage est la plus utilisée dans le secteur du BTP. Elle permet aux personnes extérieures de constater l’avancement du chantier sans avoir à y pénétrer tout en garantissant la sécurité au sein de la zone de construction. Ce type de barrière est normalement constitué d’une partie inférieure pleine de 1 m de hauteur et d’une partie supérieure en grillage. Pour simplifier l’installation et le démontage, ces deux éléments peuvent être séparés. Le grillage doit aussi être fait dans un fil de gros calibre, mais ne dépassant pas 5 mm. Et le maillage doit suffisamment supporter le tordage et se présenté avec des modules faisant chacun 33 x 8 cm pour bloquer tout passage d’un objet comme un outil par exemple.

La clôture en métal est plus rigide et résistante que celle en grillage. Elle est l’idéale pour optimiser la sécurité. En effet, elle se compose de cadres en métal de forme cylindrique et d’une longueur allant de 1 à 2,50 m. Lors de la composition de la barrière du chantier, les clôtures en métal sont jointes les unes avec les autres grâce à des attaches appelées crochet ou barillet.

La clôture à cônes et lisses est faite en polyéthylène. Des trous dans la structure permettent d’accoler une barrière à une autre et de les maintenir fermement. Les lisses sont par contre en PVC avec un système qui les accrochent les uns après les autres.

Quant à la clôture en bois, il est très rare d’en utiliser sur les zones de construction. Le bois étant un matériau cassant et parfois friable, il est souvent peu présent sur les chantiers.

Les caractéristiques essentielles d’une clôture de chantier

Pour qu’une clôture de chantier puisse remplir pleinement ses fonctions, il doit avoir les caractéristiques recherchées sur ce type de barrière :

– Installation facile : elle est cruciale pour le bon déroulement des travaux et que l’installation de la clôture de chantier soit faite rapidement.

– Dimensons compactes : les clôtures de chantier sont assemblées les unes après les autres et se comptent donc par centaine en fonction de la taille de la zone de construction. En ce sens, leur transport ne doit pas poser de problème. Et il en est de même pour le stockage.

– Solidité et robustesse : la sécurité du personnel sur chantier, des visiteurs ainsi que des personnes se déplaçant en périphérie du chantier est primordiale. Seule une barrière rigide et résistante peut garantir une protection optimale.

Par ailleurs, une autorisation auprès des autorités est nécessaire avant d’installer une clôture de chantier sur une voie publique. Pour ce faire, il faut rédiger une demande à déposer à la Direction Gestion Voirie (DGV). Un délai minimum de 10 jours est requis pour le faire avant l’installation de la première barrière.

Il est aussi interdit que les panneaux des barrières soient pourvus d’affiches, que ce soit durant la journée ou pendant la nuit. Il est également obligatoire que les clôtures de chantier soient alignées de sorte que les piétons puissent marcher librement. 1,40 m de largeur est requis sur le trottoir si les barrières donnent sur ce dernier.